Zéro déchet

Voyager léger, ça vous dit?

Je voyage depuis maintenant bon nombre d’années et nécessairement avec le temps, j’ai développé quelques astuces pour simplifier la préparation de mes bagages et réduire mon empreinte écologique dans les endroits où je séjourne. Bien sûr, en soit voyager comporte son lot de dépenses, de paperasse et de pollution qu’on ne peut pas toujours éviter, mais il est possible en intégrant quelques trucs d’économiser temps et argent en plus de réduire nos déchets.




J’ai réalisé des séjours allant d’une semaine à plusieurs mois, de la brousse du Mali au désert du Sahel, en passant par les campagnes de la Normandie et les bayous de La Nouvelle-Orléans. Partir pour 2 semaines ou 6 mois ne change pas radicalement le contenu de vos bagages. Inutile d’amener trop de vêtements, je choisis plutôt quelques pièces pouvant s’agencer les unes aux autres et faciles d’entretien. Je gagne aussi un temps fou dans mes choix vestimentaires le matin, parce qu’il y a évidemment autre chose à faire de plus intéressant en voyage… Et la lessive à la main avec du savon de Castille demeure une bonne astuce pour éviter de surcharger vos valises. Voici mes quelques incontournables pour des bagages simples et écolos.

 

Le pot Masson est très utile pour emporter des collations, mais aussi pour conserver des restes alimentaires. J’ai aussi entendu parler des contenants de stockage d’aliments en acier inoxydable Dalcini. Ils sont offerts en différents formats et je me propose bien de me procurer un ensemble dont je vous reparlerai.

Le savon de Castille, dont je vous ai déjà parlé, est biodégradable et est idéal pour le corps, la vaisselle et la lessive à la main. Je l’utilise aussi comme shampoing en y ajoutant un peu d’huile d’amande douce ou de ricin et de l’aloe vera pour que le savon n’assèche pas mes cheveux.

Finalement, j’essaie de ne pas m’angoisser avec l’éternelle impression d’avoir oublié quelque chose. À moins que vous visitiez une tribu amazonienne, normalement vous devriez être en mesure de vous procurer les articles manquants directement sur place. En discutant avec les habitants, vous dénicherez les bonnes adresses. De même, pour éviter les restos le matin et le midi, repérer les marchés publics pour cuisiner demeure toujours un bon moyen de mieux s’alimenter et à peu de frais. La plateforme web Zero Waste Home créée par Béa Johnson, aide aussi à géolocaliser les commerces qui vendent du vrac.

Si vous prenez l’avion ou parcourez de nombreux kilomètres en voiture, vos émissions de gaz à effet de serre seront considérables. Pour compenser, vous pouvez acheter des crédits carbone, qui financent des projets de séquestration de carbone (plantation d’arbres, protection des forêts, bonne gestion des sols), ou de diminution des émissions de GES (énergie renouvelable, efficacité énergétique, récupération du méthane). Il existe environ 140 vendeurs de crédits compensatoires de carbone dans le monde.

Avec ces astuces, j’arrive à profiter beaucoup plus de mes voyages sans trop me prendre la tête! Et vous, quels sont vos astuces pour réduire votre empreinte écologique à l’étranger?

Photos: Sebnem Ragiboglu, Dalcini Stainless

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *