Alimentation

Récupérer l’eau et produire votre compost facilement

Aujourd’hui, je vous partage quelques astuces pour rendre votre potager encore plus écologique et qui vous permettront de réaliser des gains en efficacité, en temps et en argent. Je vais vous parler plus particulièrement de compost et de baril de récupération d’eau de pluie.

Récupération de l’eau de pluie

D’abord, l’utilisation d’un contenant récupérateur d’eau de pluie réduit considérablement la consommation d’eau potable pour l’entretien du jardin. En limitant votre consommation d’eau, vous diminuez ainsi les impacts environnementaux associés à son traitement par les infrastructures municipales. Il suffit simplement de placer le baril sous une gouttière de la maison. Une entreprise québécoise, Mon jardin vert, en fabrique à partir de barils récupérés hyper-résistants. Ils se vendent en moyenne de 79 à 89 $. Vous pouvez également trouver une variété de barils dans les centres de jardinage, mais ils sont un peu plus dispendieux. Ils incluent généralement le robinet, 2 sorties filetées dans le bas, une entrée à percer dans le haut et un couvercle d’accès sur le dessus. Vous devez aussi vous procurer un connecteur de gouttière. Pour un baril plus stylisé, il existe un 2 en 1 avec jardinière intégrée. Pour les bricoleurs, il est facile de fabriquer vous-même un récupérateur d’eau de pluie à l’aide d’une poubelle ou d’un vieux baril. Pour voir le plan détaillé et la marche à suivre, rendez-vous sur le site d’Arrache Works. Ce système simple de récupération réduira à coup sûr votre consommation d’eau potable traitée et vos plantes s’en porteront tout aussi bien.

Compost : un terreau fertile

Une deuxième astuce pour améliorer la qualité du sol et apporter les éléments nutritifs dont les végétaux ont besoin pour se développer est la production d’un compost. Vous aurez ainsi un terreau fertile entièrement naturel tout en recyclant vos déchets de table et vos mauvaises herbes du jardin.




Emplacement du compost

Un coin à l’ombre est un bon emplacement pour un tas de compost. Un endroit trop chaud le desséchera. Il est également nécessaire de l’arroser s’il est trop sec et de le couvrir pour éviter le lessivage lors des intempéries.

Contenant à compost

Le contenant à compost en silo est bien adapté pour une faible quantité de déchets verts. Il fournira suffisamment de compost pour les petits potagers. En plastique ou en bois, la gamme est large. Sinon fabriquez-en un avec des planches de palettes récupérées ou avec un grillage à maille carrée et du plastique transparent perforé. Consulter les conseils de base sur le site de la ville de Québec pour concevoir votre composteur en bois de manière efficace.

Si vous avez une grande quantité de déchets à composter et en fonction des règlements en vigueur dans votre ville, vous pouvez créer un tas de compost à même la terre dans un endroit mi-ombragé puis superposer des couches de matières azotés et carbonés. Ajouter de la fougère effeuillée dans le compost pour l’activer et accélérer le processus. Cette plante est facile à trouver en forêt et est très riche en potassium et en azote. De plus, elle contribue à éloigner certains insectes nuisibles. Recouvrer enfin le tas par de l’herbe sèche, de la paille et des feuilles mortes et terminer avec de la terre à jardin. N’oubliez pas de protéger votre compost à l’aide d’une bâche en plastique en cas de pluie. Mélanger fréquemment votre compost pour bien l’aérer et vérifier régulièrement le taux d’humidité que vous pouvez ajuster avec plus ou moins de déchets verts ou secs.

Quoi composter?

On classe les déchets à composter en 2 catégories : les déchets azotés, qui sont verts et humides et les déchets carbonés, qui sont secs et ligneux. Il faut un rapport 50-50 entre ces deux types de déchets. Voici un tableau aide-mémoire pour vous aider à vous y retrouver. Les renseignements sont tirés du magazine en ligne Plantes et jardins.com. Consulter leur site pour découvrir d’autres trucs sur le compostage.

 

Dans un prochain article, je vous donnerai des conseils pour contrôler la présence d’insectes et de mauvaises herbes par le compagnonnage des plantes et les engrais verts.

Bon jardinage!

Photo et image: A. Singkham et Arrache Works





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *