Alimentation

Le gaspillage alimentaire : comment s’en sortir?

Qui n’a jamais jeté de la nourriture périmée avec un petit pincement au cœur, se sentant coupable de n’avoir pu l’utiliser à bon escient? Avec le coût du panier d’épicerie, qui augmente d’année en année, en plus de l’énergie nécessaire à la production et au transport des aliments, il devient essentiel de trouver des astuces afin de mieux consommer et surtout ne rien jeter inutilement.




Cuisiner et conserver

D’abord, une bonne planification s’impose. Sur une base annuelle, prévoyez des journées pour cuisiner en grande quantité les légumes et fruits offerts selon la période de la saison. Profitez-en pour cuisiner entre amis de la sauce tomate que vous pourrez partager par la suite. La meilleure technique, selon moi, pour faire les conserves de manière simple et efficace, est décrite ici par Ricardo accompagnée d’une vidéo montrant chaque étape. Une bonne stérilisation de vos pots est évidemment cruciale pour la conservation de vos aliments dont vous n’aurez qu’à entreposer les pots dans un endroit frais et sombre. Au Québec, durant la saison estivale vous trouverez quantité de petits fruits que vous pourrez déguster illico et cuisiner en confiture pour en profiter plus longtemps. En septembre, vous pourrez récolter vos pommes pour l’année grâce à l’autocueillette directement chez un producteur. En octobre, les cucurbitacées sont au rendez-vous. Citrouilles et courges en purée ou en potage vous réconforteront durant les journées froides d’hiver. Plusieurs légumes peuvent aussi être blanchis et directement congelés. Vous économiserez beaucoup de temps dans la préparation de vos repas et vous n’aurez pas besoin d’acheter ces produits hors saison. Profitez-en aussi pour faire sécher des fines herbes, en bouquet accroché tête en bas à une ficelle, dans un endroit noir et sec (une garde-robe fait très bien l’affaire). Avec un déshydrateur, vous pouvez également confectionner des pommes et des tomates séchées. À défaut d’avoir cet appareil, il suffit d’étendre vos morceaux de fruits ou légumes finement tranchés sur une grille et enfourner à 50°F avec la porte du four entre-ouverte. Cependant, armez-vous de patience, le processus de séchage peut prendre de 6 à 8 heures. Avouons-le, ce n’est pas ce qu’il y a de plus écoénergétique. Il existe une autre technique plus traditionnelle, qui consiste à faire sécher au soleil. Il vous faudra, bien sûr, plusieurs journées chaudes consécutives. Avec le climat du Québec, j’admets n’avoir jamais tenté l’expérience… Quoi qu’il en soit, en adoptant des techniques de conservation adéquates, vous serez en mesure de déguster vos aliments durant une bonne partie de l’année. En plus, vous économiserez à coup sûr temps et argent.

Jardiner

Durant la saison estivale, j’ai également mon petit potager à la maison où l’on cultive quelques aliments que nous consommons le plus régulièrement : salade, fines herbes, tomates, etc. Je complète habituellement avec les marchés publics. L’hiver, si vous n’avez pas fait de réserve, il y a les marchés de proximité et les groupes d’achat comme NousRire, où vous pouvez commander des aliments de producteurs locaux.

Consommer local et en vrac

Une autre façon de réduire le gaspillage est de consommer en vrac. Depuis que j’effectue une partie de mes courses dans une épicerie de vrac, je peux mieux gérer les quantités consommées sur une base hebdomadaire. Je ne me retrouve plus avec 4 kg de farine à entreposer. J’en achète selon mes besoins tout simplement. Mes pots étant déjà identifiés et pesés, c’est très rapide d’effectuer mes achats. J’y trouve notamment des œufs frais, farine, pâte, épices, céréales, fruits séchés, miel, sirop d’érable, vanille, légumineuses et jujubes au vrai jus de fruit :-) En plus, on élimine les déchets d’emballages!

Pour les viandes et poissons, je me rends à ma boucherie et poissonnerie de quartier. C’est agréable d’obtenir un service personnalisé et convivial. Encore là, l’avantage c’est que vous avez accès à des produits frais et vous pouvez demander les portions exactes qui vous conviennent, en plus d’encourager votre économie locale. Vous y trouverez aussi des produits faits maison, qui vous rappelleront ceux de votre grand-mère!! Certains acceptent même de mettre les aliments dans vos contenants réutilisables. Ça ne coûte rien de demander. D’ailleurs, une campagne menée par le Circuit Zéro Déchet au Québec encourage les commerçant à apposer sur leur vitrine un autocollant confirmant qu’ils acceptent que les clients apportent leurs propres contenants. L’association Zéro Déchet Strasbourg a aussi une cinquantaine de commerçants qui ont rejoint le mouvement. Une belle initiative qui fait boule de neige.

Voilà mes petites astuces, qui m’évitent de gaspiller inutilement de la nourriture et qui ont considérablement diminué ma quantité de déchets, en plus de me simplifier la vie. Ainsi, avec une bonne planification, des techniques de conservation variées et l’autoproduction, il est plus facile de gérer son alimentation sur une base quotidienne et diminuer les risques de gaspillage.

Photos: Monticello,  Vlue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *